Les CHR : une affaire de pros

Le secteur des CHR (cafés, hôtels, restaurants) s’est profondément modifié ces vingt dernières années dans le sens d’une professionnalisation accrue.

Par conséquent, les transactions de particulier à particulier sont de moins en moins courantes, et de plus en plus risquées, par rapport aux transactions réalisées avec l’aide d’un intermédiaire professionnel ayant statut d’agent immobilier.

On ne parle en effet plus de vente de fonds mais de cession d’entreprises nécessitant de savoir apprécier ladite entreprise sous ses aspects commerciaux, comptables, financiers, juridiques, sociaux et répondant de façon certaine aux normes de sécurité et d’hygiène.

Un vendeur sera naturellement enclin à minimiser les petits et grands défauts de son affaire, un professionnel ne verra pas forcément les petits défauts – il ne gère pas l’affaire et ne peut donc la connaître parfaitement – par contre, il verra nécessairement les grands.

Ainsi, pour que la transaction se passe dans les meilleures conditions, trois types d’intervenants entrent en jeu :

• Un généraliste (agent immobilier).

• Un comptable.

• Un conseiller juridique et fiscal (avocat ou notaire).

Il va sans dire que vous devrez apprécier par-dessus tout leurs compétences techniques, au-delà de leurs qualités de commerciaux.