L’affaire idéale n’existe pas !

Il n’est pas nécessaire de visiter des centaines d’affaires, la première peut être la meilleure et aucune n’est parfaite.

C’est souvent à ce moment que l’on peut se rendre compte que l’on s’est complètement trompé : les produits ne correspondent pas à ce que l’on s’attendait à trouver, le métier peut être astreignent, l’apport personnel financier est insuffisant, il faut changer de vie, vendre ses biens, etc.

Ne faites pas perdre de temps aux intermédiaires en leur demandant de vous trouver une affaire qui n’existe pas. Nous recevons trop souvent des demandes pour un hôtel de 50 chambres proche d’Opéra ou des Champs Elysées MURS et FONDS et surtout appartenant à des propriétaires prenant leur retraite et à un prix raisonnable. Cet hôtel n’existe pas ou vous devrez reconsidérer votre définition de « raisonnable ».

L’affaire du siècle n’existe pas non plus, sinon chaque négociateur serait propriétaire d’une cinquantaine d’affaires.

Si vous êtes déterminé à acheter un hôtel, insistez pour avoir accès à tous les documents et à visiter d’autres affaires similaires, s’il en existe, sur le marché. N’hésitez pas à harceler l’intermédiaire, il ne s’en plaindra pas et vous lui prouverez votre motivation.

A propos de motivation, voici un dernier conseil : soyez professionnel(le) ! Soyez à l’heure aux rendez-vous ou prévenez des retards, tirez le meilleur parti de chaque entrevue, et ne créez pas de situation de tension avec votre interlocuteur. Il est dans l’intérêt de tous les acteurs de la transaction que celle-ci se passe sans accroc !