Le chiffre d’affaires longtemps privilégié

Il n’est pas toujours aisé de s’atteler à l’évaluation de l’entreprise que représente l’hôtel que vous souhaitez acquérir au prix le plus juste possible.

Mais afin de bien commencer, une petite parenthèse historique s’impose : de l’après-guerre au début des années 1980, les fonds de commerce d’hôtels se vendaient 2 à 3 fois le chiffre d’affaires : le multiplicateur ne dépendait que de l’emplacement à l’époque, les prix des chambres étant bloqués.

 

Les ventes en bloc étaient impossibles, et il y avait donc systématiquement un crédit vendeur représentant 25 ou 33 % du prix (SARL ou SA) ; les chiffres d’affaires étaient représentatifs de l’activité réelle. Les bilans, affaire des comptables, étaient des documents dont personne ne se préoccupait.